Un vampire à Brooklyn de Wes Craven, 1995

Publié le par François Declercq

Un vampire à Brooklyn | 1995
Titre V.O: Vampire in Brooklyn
a.k.a: Wes Craven's Vampire in Brooklyn
Pays: Etats-Unis
Genre: Horreur
Durée: 100 min
Réalisation: Wes Craven
Production: Mark Lipsky, Eddie Murphy
Scénario: Eddie Murphy, Vernon Lynch, Charles Q. Murphy, Michael Lucker, Chris Parker
Image: Mark Irwin
Montage: Patrick Lussier
Musique: J. Peter Robinson
Interprétation: Eddie Murphy, Angela Bassett, Allen Payne, Kadeem Hardison...

Studio Production: Paramount Pictures

Budget: $14 millions

Thème:
Vampires

Bande annonce

Vampire-in-Brooklyn.jpeg
Synopsis
Maximillian appartient à une longue lignée de vampires exilée depuis des siècles aux Caraïbes. Pour assurer sa descendance, il gagne New York avec l'espoir d'y trouver sa semblable, qui lui donnera descendance. Très vite, il découvre l'élue : une femme, policier de son état, répondant au nom de Rita Veder...
Avis Ciné Annales
Par Illfurt

Un an avant de revitaliser le cinéma d’horreur avec la sortie de Scream, Wes Craven nous livre un film de vampire, une première pour lui, qui rend hommage aux film de la « blaxploitation », courant fortement répandu aux Etats-Unis durant les années 1970. La « blaxploitation » consistait à faire des films, souvent d’horreur, avec un casting entièrement noir, pour des spectateurs noirs. Un vampire à Brooklyn semble alors rendre l’écho à un certain Le vampire noir. En effet, les deux films se présentent comme des adaptations afro-américaines du célèbre récit de Dracula.  

Un-vampire----Brooklyn.jpg
Wes Craven fait de nombreux parallèles avec l’œuvre de Bram Stoker. Il fait venir son vampire des Caraïbes à bord d’un vaisseau, sur lequel il se nourrit de l’équipage la nuit, en dormant dans son cercueil le jour. Le vaisseau s’échoue à son arrivée dans le port de New York. Le vampire va ensuite se trouver un fidèle serviteur avant de poursuivre son but ultime, se procurer la femme des ses rêves. Mais les choses ne sont pas aussi simples que ça car un vaillant homme, aidé d’un savant, va s’interposer entre la bête et sa belle.

Un-vampire----Brooklyn--1-.jpg
Malgré ses nombreuses références à Dracula, Craven parvient toutefois à créer une œuvre originale et innovatrice. On ressent que le réalisateur est inspiré par son travail sur L’emprise des ténèbres, car celui-ci semble parfaitement maîtriser le côté caribéen de l’histoire. En effet, l’expert de folklore vampirique n’est autre que Zakes Mokae, le malfaisant sorcier vaudou du film mentionné ci-dessus.

Un-vampire----Brooklyn--2-.jpg
Bien que n’étant pas un chef d’œuvre, Un vampire à Brooklyn parvient toutefois à offrir un bon divertissement au spectateur, grâce notamment à l’excellente performance d’Eddie Murphy dans le rôle du vampire prétentieux, sur de lui et séducteur.
Note Ciné Annales
Illfurt:
undefined

Cinémaniac:
undefined

Films Apparentés

Liens externes

Publié dans Fiches Critiques

Commenter cet article