Dracula, prince des ténèbres de Terence Fisher, 1966

Publié le par François Declercq

Dracula, prince des ténèbres | 1966
Titre V.O: Dracula: Prince of Darkness
a.k.a: Disciple of Dracula, Dracula 3, Revenge of Dracula, The Bloody Scream of Dracula
Pays: Royaume-Uni
Genre: Horreur
Durée: 90 min
Réalisation: Terence Fisher
Production: Anthony Nelson Keys
Scénario: Anthony Hinds, Jimmy Sangster
Image: Michael Reed
Montage: Chris Barnes
Musique: James Bernard
Interprétation: Christopher Lee, Barbara Shelley, Andrew Keir, Francis Matthews, Suzan Farmer...

Studio Production: Hammer Films

Budget: /

Thème:
Dracula

Bande annonce

Dracula--prince-des-t-n-bres.jpg
Synopsis
Deux couples s'aventurent en Transsylvanie. Malgré le tabou qui règne chez les autochtones, les aventuriers se retrouvent contraints de s'arréter dans un mystérieux château. Manque de chance, il s'agit du château du comte Dracula, qu'on croyait disparu à jamais.
Avis Ciné Annales
Par Illfurt

Le prince des ténèbres est de retour.

Ce film marque le retour de Christopher Lee dans le rôle de Dracula sous l’effigie de la Hammer. En effet, l’acteur anglais avait été absent du deuxième opus de la série concernant le légendaire vampire transylvanien, Les maîtresses de Dracula. Nous pouvons alors considérer ce film comme la première véritable suite au Cauchemar de Dracula et le réalisateur insiste sur ce fait dès le début du film en récapitulant la destruction du monstre par le professeur Van Helsing, incarné alors par Peter Cushing.

Dracula--le-prince-des-t-n-bres--1-.jpg
Terence Fisher et de nouveau de retour et on ressent sa touche sur la mise en scène, notamment à travers les couleurs vives et le décor. Cette participation sera la dernière du réalisateur sur la série des Dracula produite par la Hammer. Fisher n’hésite pas à nous montrer la splendeur des décors grâce notamment à la largeur des images qui permettent, en même temps, au réalisateur de déplacer ses acteurs sans grands mouvements de caméra, comme si il mettait en scène un genre de danse macabre.

Dracula--le-prince-des-t-n-bres--2-.jpg
La première partie du film joue plutôt sur le suspense et l’appréhension de l’apparition du Conte aussi bien chez le spectateur que chez le personnage. Quand il est prêt, Fisher utilise le personnage de Klove afin de réincarner la bête à l’aide de la mort d’un homme. Klove, véritable bras droit de Dracula semble aussi être celui de Fisher. En effet, tandis que le réalisateur guide ses personnages de derrière sa caméra, Klove les guide à l’écran. C’est comme si le metteur en scène créait un lien entre lui-même et le monstre.

Dracula--le-prince-des-t-n-bres--3-.jpg
L’un des principaux changements au regard de Le cauchemar de Dracula, c’est l’absence du professeur Van Helsing. Celui-ci est remplacé par un vieux prêtre pacifiste qui semble, aux premiers abords, loin de l’héroïque et chevaleresque personnage de Van Helsing. Mais les apparences sont trompeuses, il va guider les héros dans leur quête de détruire de mal, après tout, il ne fait qu’accomplir son devoir.

Dracula--le-prince-des-t-n-bres--4-.jpg
Le véritable point fort du film est sans hésitation la prestation de Christopher Lee. Celui-ci avait affronté les producteurs afin d’incarner son personnage à sa manière dans le but de conserver tout la splendeur du légendaire Dracula. Le studio voulait que Lee récite des phrases tout à faits ridicules et hors contexte : dans le genre « Je suis l’apocalypse ». Lee refuse catégoriquement de citer ce genre de paroles et son vampire demeure, alors, muet tout au long du film. Tout se fait alors par les gestes qui sont parfaitement mesurés. L’absence de paroles tant aussi à ajouter au mystère et à l’image malsaine du vampire permettant à Lee d’amplifier, étrangement, la présence de son personnage.

Dracula--le-prince-des-t-n-bres--5-.jpg
Bien que légèrement en dessous du Cauchemar de Dracula, Dracula, le prince des ténèbres demeure tout de même un film de grande qualité. Sa mise en scène est splendide permettant le film d’impressionner même dans ses moments les plus longs et la prestation de Christopher Lee est encore une fois remarquable. Un film à ne rater sous aucun prétexte.
Note Ciné Annales
Illfurt:
undefined
Films Apparentés
Le cauchemar de Dracula
Les maîtresses de Dracula
Dracula et les femmes
Une messe pour Dracula
Les cicatrices de Dracula
Dracula '73
Dracula vit toujours à Londres
La légende des 7 vampires d'or
Liens externes

Publié dans Fiches Critiques

Commenter cet article