Confessions à un cadavre de Seth Holt, 1965

Publié le par François Declercq

Confessions à un cadavre | 1965
Titre V.O: The Nanny
Pays: Royaume-Uni
Genre: Horreur
Durée: 91 min
Réalisation: Seth Holt
Production: Jimmy Sangster
Scénario: Jimmy Sangster
Image: Harry Waxman
Montage: Tom Simpson
Musique: Richard Rodney Bennett
Interprétation: Bette Davis, Wendy Craig, Jill Bennett, James Villiers, William Dix...

Studio Production: Hammer Films

Budget: $1,3 millions

Thème:
Psychologique

Bande annonce

Confessions----un-cadavre.jpg
Synopsis
Un petit garçon de 10 ans revient chez lui après avoir été interné en hôpital psychiatrique. Une nounou a été dépêchée pour s'occuper de lui, son père étant un homme tyrannique souvent absent et sa mère ayant des problèmes à gérer la situation. L'irruption d'une tante à moitié folle au sein de la famille ne fait qu'aggraver les choses ...
Avis Ciné Annales
Par Illfurt

Après la performance, nominée aux Oscars, de Bette Davis dans Qu’est-il arrivé à Baby Jane ?, la grandiose actrice hollywoodienne a connu une renaissance dans le milieu horrifique. En 1965, la Hammer engage celle-ci pour incarner une nounou pas comme les autres.

Confessions----un-cadavre.jpg
Seth Holt est nommé comme réalisateur et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il parvient à livrer un film de grande qualité qui rappelle La mauvaise graine et Psychose par sa mise en scène graduelle de la folie. En effet, la véritable nature de la nounou, tout comme celle de la petite Rhonda et de Norman Bates, nous est cachée en tentant de nous mener en bateau.

Confessions----un-cadavre--1-.jpg
Le film prétend qu’un petit garçon est fou. Il a accidentellement tué sa petite sœur et accuse à tord sa gentille nounou. Mais petit à petit, le réalisateur nous dévoile la vérité cachée et réfutée par tous les autres personnages.

Confessions----un-cadavre--2-.jpg
Confessions à un cadavre nous montre aussi la profonde rupture des institutions traditionnelles en Angleterre. Le père de famille est un messager de la reine et représente la haute bourgeoisie. Il est alors de nature hautaine, arrogante et prétentieuse. Il est attaché aux anciennes traditions et n’accepte pas que l’on tente de les enfreindre. Le garçon, lui, représente la société nouvelle. Il est plus libre d’esprit et semble nettement moins attaché à ces normes archaïques que son père.

Confessions----un-cadavre--3-.jpg
Confessions à un cadavre est un film de très grande qualité avec une mise en scène méticuleuse et un jeu d’acteurs très convaincant. Bette Davis incarne parfaitement la nounou psychologiquement dérangée et William Dix, malgré son jeune âge, parvient idéalement à cerner le garçon effrayé, mature et rebel qu’est son personnage, Joey Fane.
Note Ciné Annales
Illfurt:
undefined
Films Apparentés

Liens externes

Publié dans Fiches Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article