Progeny - L'enfant du futur de Brian Yuzna, 1998

Publié le par François Declercq

Progeny - L'enfant du futur | 1998
Titre V.O: Progeny
Pays: Etats-Unis
Genre: Science-fiction
Durée: 98 min
Réalisation: Brian Yuzna
Production: Jack F. Murphy, Henry Seggerman
Scénario: Stuart Gordon, Aubrey Solomon
Image: James Hawkinson
Montage: Harry B. Miller III, Christopher Roth
Musique: Steve Morrell
Interprétation: Arnold Vosloo, Jillian McWhirter, Brad Dourif, Lindsay Crouse...
Studio Production: Independant
Budget: $2,5 millions

Entrées France: /
Thème:
Extra-terrestres

Bande annonce

Progeny.jpg
Synopsis
Alors qu'ils faisaient l'amour une soir, Craig et Sherry, perdent connaissance pendant plus de deux heures. Trouvant l'évènement étrange, Craig va demander de l'aide pour tenter de connaître les raisons de ce vide. Peu de temps après, Sherry tombe enceinte et Craig est immédiatement persuadé que le bébé n'est pas le sien, auraient-ils été victimes d'expériences extra-terrestres ?
Avis CinéAnnales
Par Illfurt

Ici, le réalisateur du Retour des morts-vivants III et du Dentiste nous livre une oeuvre plate et terne. L'image du film fait penser à celles des années 1980, on est alors étonné de constater que Progeny est sorti en 1998. De plus, l'histoire de Gordon (Re-Animator, Chéri j'ai rétréci les gosses) et Solomon, bien qu'intéressante, manque de ryhtme et de cadence. Il y a trop de passages lents où peu de choses se passent.

Progeny---L-enfant-du-futur--1-.png
Les acteurs sont assez connus pour un film de ce budget. Arnold Vosloo nous livre une prestation monotone et froide, ressemblant beaucoup à celui d'Imotep, qu'il incarne dans La Momie. Et Brad Dourif (Vol au dessus d'un nid de coucou, la trilogie du Seigneur des anneaux), quant à lui, nous offre une prestation bien au-dessous de ses moyens. Les autres acteurs sont tous moyens, aucune performance ne sort du lot.

Progeny---L-enfant-du-futur--2-.png
Progeny est un film qui avait du potentiel, une histoire intéressante, rappelant beaucoup celle de Rosemary's Baby. Mais, contrairement à Polanski, Yuzna ne parvient pas à mettre en scène l'état psychologique de la mère enceinte contre son gré. C'est dommage que ce film n'ait pas bénéficié d'un meilleur budget. Qui sait, peut-être que ça aurait changé beaucoup de choses.
Note CinéAnnales
Illfurt:
undefined

Cinémaniac:
undefined

Films Apparentés

Liens externes

Publié dans Fiches Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article